Le prix du professionnalisme

Engagements

  • 1. Toutes les références artistiques présentées sont de qualité et facilement vérifiables.
  • 2. Nous accompagnons nos clients du début de leur recherche jusqu’aux jours qui suivent la prestation afin de s’assurer de l’entière réussite de celle-ci.
  • 3. Nous refusons le travail au noir.
  • 4. Nous considèrons d’un point de vue moral que c’est le client qui achète et non l'artiste qui se vend.
  • 5. Miss Caline à dans ses talons un savoir-faire rare qui ne se brade pas.

©Copyright


Vous souhaitez m'engager

  • Ce que vous croyez payer :
    • Un travesti qui vient mettre de l'ambiance et anime votre soirée tout en s'amusant
  • Ce que vous payer réellement :
    • Le temps passé à votre écoute pour :
      • l'organisation de votre évènement
      • la création de votre devis
      • la création de votre spectacle personnalisé
      • l'administration et aide des fiches de paie, ...
    • Les consommables : Le maquillage, collants, laque, ...
    • L'amortissement des costumes, chaussures, perruques, bijoux et des créations uniques
    • L'entretien, réparation, de ceux là ...
    • Les heures de répétitions (+ location de salle de danse, salle de répétition)
    • Les heures de créations (costumes, bandes sons, vidéos, ...)
    • La communication et son coût (site internet, cartes, plaquettes, annuaire, téléphonie, ...)
    • Les assurances pour le matériel et les locaux de stockage (chauffé et éclairé)
    • Ou encore de formation pour proposer des prestations uniques...
  • Ce paiement sert aussi à couvrir :
    • Mon loyer et charges
    • Mes factures
    • Mes frais de la vie quotidienne

Moralités :

  • Il serait raisonnable pour nous, artiste professionnel, que les employeurs ou clients soient conscients de ce que comporte la branche artistique et proposent ainsi un cachet équivalent à tout le travail réalisé en amont.
  • Il serait également raisonnable que les personnes ne vivant pas de cet art (et donc qui ne sont pas des professionnels) arrêtent de se "prostituer" en "cassant" les prix de leurs prestations, uniquement à des fins personnelles pour s'enrichir et empêchant ainsi les VRAIS artistes de travailler.
    (Les associations "à but non lucratif" qui ne possèdent aucune licence d'entrepreneur du spectacle, et les auto-entrepreneurs qui ne prennent aucun risque financier, voir les "pseudo" transformistes ne se faisant payer qu'au black)

Newsletter