Les notes d'un transformiste

Un rêve !

N'avez vous jamais rêvé d'être pour une seconde, pour un instant, pour une minute d'éternité suspendue, quelqu'un d'autre, un personnage inouï ; d'abandonner votre propre peau, et, libéré des limites de la réalité, accéder à un ailleurs de soi-même par une métamorphose qui semble instantanée, énigmatique, fabuleuse ?
 
Ce rêve inquiétant et fou, c'est ce que j'accomplis, d'abord devant le miroir, puis sur la scène, chaque soir, moi le transformiste ... 

Pinceaux magiques, poudre de riz et de perlimpinpin...

Sous mes doigts, la magie opère, le reflet de Miss Caline apparait.
 
Pour être en Harmonie et en affinité avec le personnage, il me faudra analyser, m'imprégner de ses moindres gestes, observer et ressentir ses émotions, expressions, manies, et plus : en être possédé, pour évoquer en quelques minutes une interprétation de la star que l'on imite, que l'on mime, que l'on parodie, exprimer quelque chose de soi à travers cette référence.
 
Dans la pénombre de la scène, vêtue de strass, de plumes et de paillettes, moi, Miss Caline, le souffle coupé, le cœur battant, et des étoiles plein les yeux...
 
Une attente exaltante débute...
 
Les premières notes de la mélodie résonnent, les lumières s'animent...

Le rideau enfin se lève sur mon rêve qui commence...


Transformiste : Un métier !

Aucun artiste transformiste n'interprète un personnage comme son confrère : avec plus ou moins de talent, de professionnalisme, à la manière d'un peintre qui fait un portrait en imprimant sa propre sensibilité, l'artiste transformiste évoque le personnage, c'est un portrait vivant et mouvant. Une sculpture en mouvement et cette sculpture c'est lui-même.

On peut remarquer à ce titre que certaines artistes reviennent dans les imitations, certaines figures de femmes hautes en couleurs, extrêmes, dotées d'une forte personnalité et de célébrité (Dalida, Mylène, Madonna, etc.). Et l'intérêt de la chose, c'est qu'elles sont interprétées par des hommes, qui transcendent leurs données de départ pour se métamorphoser. Et c'est cela qui opère la fascination qu'ils provoquent, car ils réduisent la marge fatale qui sépare les sexes et les genres. En un instant fugace, les opposés sont abolis, fusionnés, dépassés.

Il suffit de voir l'intense émotion que suscitent les numéros de transformation homme-femme, quand sous le costume masculin se cachent des atours féminins extraits en un clin d'œil de vêtements prévus pour un déshabillage éclair : fermetures velcro, pressions au bon endroit pour arracher en une seconde le costume trois-pièces et faire surgir robe du soir ou guêpière.

C'est là que la transition d'un genre à l'autre est théâtralisée, symbolisée, et qu'elle revêt un caractère fascinant.

On peut utiliser ce que l'on a ressenti comme attrait, comme espoir, comme énergie, pour une transformation corporelle. Vertige du désir pour soi-même. Cette fascination devant le miroir peut être recommencée, perpétuée par l'exercice transformiste. C'est un plaisir psychique infini, un vertige de la perte de soi, pour des retrouvailles avec d'autres parties de soi-même.

C'est ce que je vis car je suis des deux côtés de la barrière, spectateur fasciné et transformiste éclairé, j'espère.

Il faut pour cela de la passion, de la remise en question, du "feeling" et du travail, plus de travail qu'on ne pense. Dont celui de costumier (je fais souvent mes costumes)... sans oublier le travail ingrat du play-back.

Il faut s'avérer être "trans-orchestre"

Il m'arrive d'utiliser ma transformation corporelle - c'est-à-dire la platitude de mon torse - pour brouiller encore les pistes, donner de l'ambiguïté. Le spectateur souvent scrute l'attitude et le corps de l'artiste pour déceler l'origine biologique de celui-ci, il ne faut pas se le cacher. Sommes-nous pour autant des "bêtes de foire" d'un nouveau genre ? Je ne l'entends pas ainsi, car je pense que la qualité de la prestation permet de transcender cette situation, et qu'il faut permettre au spectateur de se souvenir avant tout de la performance artistique, de la beauté.

Le corps est donné à voir et non caché comme un objet de gêne ou de honte. Il faut pouvoir assumer psychologiquement ce regard du spectateur, et faire de sa différence un atout.
C'est la splendeur du costume et l'ensemble de l'interprétation qui fait en grande partie l'attrait du transformiste.

Je vous laisse à votre réflexion.

Ma réponse, et au risque de vous faire bondir... sur vos plumes, je réitère :

Transformiste, un métier d'homme !


Et un jour mon ami d'enfance disparait...

22/02/2016

Le temps est précieux avec les gens qu'ont aime. Dite leurs avant qu'ils partent.

Avoir cette sensation qu'une partie de soi a été enlevée, que dis-je, arrachée !
Si brutalement, si imprévisiblement, Si injustement !
Ce reconstruire et combler ce morceau manquant :
Avec ton souvenir ! Avec nos échanges, nos rires, nos sourires et nos histoires avec nos complices, tes amis, ta famille.
Avec et surtout ta musique, qui remplacera, ta voix, tes rires, ta présence…
Avec tout ce qui te faisais, toi, une personne entière et aimante, depuis plus de 25 ans.

M'effondre

23/02/2016

Réflexion du jour (peut être à cause de cette épreuve que je traverse) :
Aimer la scène, aimer la création, aimer ces spectateurs, aimer mon métier... (et que personnes n'en doute !)

M'on t’il fait oublier, juste de vivre, de profiter de mes proches?

Une vie professionnelle comblée, mais la place de ma famille, de mes amis, elle est où dans tout cela?

Les voir une à deux fois dans l'année pour des événements, et ne pas avoir le temps de leur dire qu'ils sont une source, une ressource.
Pourquoi attendre ?
Pourquoi ne pas profiter de cet instant là pour ce dire les vraies choses, les plus profondes ?
Où est ce moment, cette occasion de leur faire comprendre notre affection, notre tendresse ?
Où est cette force de leurs dire leurs importances ?
Pourquoi avoir si peu de temps et de partage avec eux, sous prétexte de travaillé les week-end?

A l'eau !

26/02/2016

Je me suis toujours dis
" sept fois à terre...... huit fois debout "
Mais cette fois ci, c'est beaucoup plus dure de ce relever.
Je ne suis pas à terre, je suis à l'eau!

Ca prends plus de temps !
Ca demande plus d'énergie !
Pour le cacher, pour l'exprimer, pour l'apaiser.

Je suis un naufragé en pleine tempête, ou mon amoureux et mes amis sont mes bouées.
Mais par moment (souvent d'ailleur) une déferlante m'emmène sous l'eau,
je manque d'air,
je suis près du fond...

Je ne sais pas ! Je ne sais plus ! Je savais faire ! Pour moi ! Pour toi ! Pour les autres !
Et cette voix qui me dis "baisse pas les bras, bat toi, nage, remonte, respire".
Et avec de grands effort épuisant, avec des cris inaudible, avec des pleures invisible, ma tête, enfin, sort de l'eau.

Pour combien de temps ? Je profite de ce moment.

Jusqu'a la prochaine vague...

Bilan 2016

bilan 2016

27/12/2016

Mon bilan de la fin d'année 2016.
J'ai eu une année extraordinaire en tous points.
Je me sens aimé et encouragé par mon amoureux.
J'ai été bien entouré, aidé, conseillé par mes amis.
J'ai ri et stressé avec mon équipe et mes proches.
J'ai fais de très belles rencontres artistiques.
J'ai, et nous avons créés de beaux numéros, touchants, drôles et marquants.
J'ai pleuré, crié, hurlé, et encore maintenant, de la disparition, de la perte de mon ami. De ce manque, de ce vide.
J'ai été déçu, vexé, condamné, humilié par des "artistes", des "professionnels". Mais j'ai combattu, j'ai vaincu... Toujours gagnant en allant de l'avant. Les spectateurs, et le public sont bien mes seuls juges et ma seul force.

J'ai vécu ! Et c'est ce qui compte.

En paix

Le temps

22/02/18

Cette course folle contre le temps...

J'avance, je chute et quoi qu'il se passe je me relève, des fois blessé, mais le marathon de la vie continue.

Je n'en vois pas l'arrivée, je ne veux pas la voir, pas maintenant.

Mais toi tu as pris de l'avance...
... Beaucoup trop d'avance...

Je ne te vois plus, tu as disparu !

Où est ton regard protecteur.

Au détour de ce parcours, tu as franchi cette putain de ligne du temps, le chrono c'est arrêté trop tôt pour toi.
Ton décompte de temps est arrivé à zéro mon ami.

Moi je vais continuer cette compétition, avec ton souvenir près de moi.
Je continuerai ce sprint pour repousser le ruban de l'arrivée, comme si tu étais là, à côté de moi.
Avec ton soutient je vais transpirer sur la route de l’existence.
Penser à toi quand je piétinerais sur mes doutes d'une piste chaotique.
Avoir ton empreinte, ta trace dans mon âme pour m'aider à vaincre les difficultés de ce marathon.

Je vais vivre contre les obstacles en entendant encore ta voix, tes encouragements bienveillants.
Et je sais qu'a cette ligne d'arrivée... Où le temps n'aura plus son mot a dire, tu m'attendras et l'on reprendra notre vie d'amis. Dans un autre monde !

Là, ou une autre course et un nouveau chrono s'enclenchera, pour désormais compter le temps passer ensemble.


Bilan ...

bilan

2016 :
- Cette année là m'a brisée par le décès de mon ami d'enfance
- Tout à changé...

2017 :
- Je décide de mes priorités personnelles, artistiques et financières en quittant l'établissement "Le Philopat"
- Je m'associe avec Aurore "Les Allumettes" la meilleure troupe de cabaret de France "artistique et humaine" (Avis perso)

2018 :
- On fête nos 10 ans de scène avec Tony
- Ma meilleure année artistique (intermittente 2 mois avant ma date anniversaire)
- Me débarrasse des "pseudo-artistes" détestables qui me critique négativement, mais qui utilisent toujours mes créations audios, visuelles, ...

2019 :
- Je ne serais que moi !
- Être heureuse et paisible toute l'année!!!
- M'investir au cabaret La Belle Epoque
- Créer de belles choses pour toutes mes prestations de mon agenda déjà bien rempli.


Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire à la newsletter?
Simple et gratuit, votre email restera confidentiel sur un serveur sécurisé
Je pourrai ainsi vous tenir au courant :
des dates de prestations publiques, des nouveautés des spectacles, des nouvelles vidéos, des nouveaux numéros, des exclus, ...
Vous ne recevrez pas plus d'un mail par mois !

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !