Intermittent du spectacle

Miss Caline - Artiste transformiste - animation cabaret

Qu'est-ce que le régime d'intermittence?

Le terme «intermittent» ne désigne pas un métier.
C'est un régime d'indemnisation destiné à ceux dont l'activité professionnelle ne peut pas être régulière, ce qui nécessite une compensation financière pour les périodes où l'employé ne travaille pas.

Il a été créé en 1936, à l'origine pour protéger les techniciens du cinéma employés de façon irrégulière sur des tournages.

Ce régime permet d'engager quelqu'un en contrat à durée déterminée «d'usage», un contrat de travail qui peut ne durer que quelques jours et être renouvelé sans limite, à la différence d'un CDD.

Entre deux contrats, un intermittent touche l'assurance chômage.

Qui en sont les bénéficiaires?

Les techniciens du cinéma sont historiquement les premiers bénéficiaires de ce régime, qui s'étend aujourd'hui à tous les métiers de l'audiovisuel, du spectacle vivant et de la musique.

Mais tous les salariés du secteur ne sont pas des intermittents du spectacle.

Les intermittents seraient au nombre de 250.000.

Ce nombre est en forte croissance, car les métiers artistiques attirent de plus en plus de jeunes.
Les intermittents n'étaient que 50.000 en 1989.

En revanche, leur revenu n'augmente pas.

Sur les inscrits au régime d'intermittence, seuls 43% ont touché au moins une journée d'indemnisation. Cela s'explique par le «droit d'entrée» à l'indemnisation :
un intermittent doit justifier de 507 heures de travail sur douze mois pour les artistes avant d'obtenir une allocation, contre 610 heures sur vingt-huit mois pour le régime général.

L'indemnisation acquise après 507 heures de travail couvre systématiquement douze mois d'inactivité, même si le salaire d'un autre contrat est perçu pendant cette période, alors que dans le régime général, elle est indexée sur le nombre de jours travaillés.

D'où un décalage de rémunération :
un salarié cotisant au régime général pour 607 heures touchera une indemnité moins importante durant les 4 mois qui correspondent qu'un intermittent touchant pour 507 heures cotisées une indemnité de 12 mois.